Songe à la douceur – Clémentine Beauvais

rating-heart

Afficher l'image d'origine

Titre : Songe à la douceur

Auteur : Clémentine Beauvais

Éditeur : Sarbacane

Date de parution : Août 2016

Nombre de pages : 240 pages

Prix : 15,50 €

Résumé :  Quand Tatiana rencontre Eugène, elle a 14 ans, il en a 17 ; c’est l’été, et il n’a rien d’autre à faire que de lui parler. Il est sûr de lui, charmant et plein d’ennui, et elle timide, idéaliste et romantique. Inévitablement, elle tombe amoureuse, et lui, semblerait-il, aussi. Alors elle lui écrit une lettre ; il la rejette, pour de mauvaises raisons peut-être. Et puis un drame les sépare pour de bon.
Dix ans plus tard, ils se retrouvent par hasard. Tatiana s’est affirmée, elle est mûre et confiante ; Eugène s’aperçoit, maintenant, qu’il ne peut plus vivre loin d’elle. Mais est-ce qu’elle veut encore de lui ?

Je patiente,
mais quand on patiente, on ne fait que frôler la réalité.
Ça fait plusieurs semaines que je la frôle sans la toucher,
attendant que la porte du jardin m’y projette.
C’est bête
mais c’est seulement quand tu es là que j’ai l’impression
d’être là où je dois être.
Le reste du temps, je suis comme quelqu’un à la fenêtre
qui se regarderait vivre dehors
et qui aurait l’impression que ça arrive
à quelqu’un d’autre.

Clémentine Beauvais à fais une chose très périlleuse : réadapter le roman Eugène Onéguine de Alexandre Pouchkine, et en plus le faire pour la jeunesse. Et bien vous savez quoi : C’est une merveille !

J’avais beaucoup entendu parlé de Clémentine Beauvais, de par le succès de son livre « les petites reines », , mais je n’avais lu aucun de ses livres. Et puis une collègue m’a parlé de cette auteure et m’as dit de ne surtout pas attendre avec de la découvrir. Donc me voilà à la librairie à acheter Songe à la douceur et Les petites reines.

L’on peut se dire qu’un livre adapté d’un roman de 1825, et en plus un texte en vers, peut être un peu rebutant pour certaines personnes qui peuvent se dire que cela va être long, ennuyeux etc… Detrompez-vous ! Ce livre se lit avec une facilité déconcertante, les vers aidant même à la fluidité du texte. Mais un petit conseil : ne le lisez pas trop vite justement. Il faut prendre le temps d’apprécier le travail de cette auteure incroyable qui joue avec les mots et les sonorités mais également avec la mise en page de ces vers.

Songe-a-la-douceur-3

Elle arrive à transposer une histoire d’amour datant du XIXème siècle à notre époque sans que l’on ne se rende compte de rien. J’ai été totalement emporté par l’histoire d’amour entre Eugène et Tatiana. Mais j’ai également pris beaucoup de plaisir à découvrir Olga et Lensky. Je ne connaissais pas ce texte de Pouchkine et cela m’a donné envie de le découvrir.

Il y aurait tellement à dire sur ce merveilleux livre, mais je vous laisse le plaisir de découvrir cette pépite de vous même. Surtout n’hésitez pas une seconde, ruez-vous en librairie, sur votre liseuse, en bibliothèque ou même chez un ami pour lui emprunter ce livre : Vous ne serez pas déçu de ce fabuleux voyage !

C’est le je comprend pas diésé, démesuré,
de celui qui en réalité comprend très bien, et une chose très
précise : qu’on n’est pas protégé,
que tout arrive comme ça sans avertissement,
sans compassion ni sentiment,
qu’on est absolument seul
quand les souffrances viennent.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s